Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 21:01

 ambulance Beleko

 

 

   En mai dernier, les recommandations du  gouvernement français relativement aux voyages vers le Mali étaient toujours  très négatives. Ceci nous a amené à choisir l’option de faire acheter sur place l’ambulance destinée au Centre de Santé Communautaire (CSCOM) de Beleko (région de Ségou). Notre Lettre d’Octobre 2010  rappelait l’enjeu vital des évacuations sanitaires en particulier pour les naissances à risque, liées au faible suivi prénatal.

   L’équipe de Beleko a donc sélectionné et acheté à Bamako un solide Toyota LJ65 Landcruiser d’occasion, qui a reçu un équipement médical de fabrication locale : civière, siège accompagnateur… Un chauffeur vacataire a été recruté par le CSCOM, et un barème d’intervention a été mis au point, en prenant en compte des provisions financières réalistes pour l’entretien du véhicule. Rappelons que les évacuations des femmes en couche sont prises en charge par le gouvernement au titre d’un programme national de lutte contre la mortalité maternelle et infantile.

   Notre prochaine mission vers le Mali n’étant pas programmée à court terme, UNISAHEL n’a évidemment pas souhaité une remise officielle qui aurait retardé la mise à disposition de la population de cette ambulance. Elle est donc en service depuis le mois de juillet.

 

Juste à temps

   La desserte du secteur de Beleko était jusqu’ici assurée par l’ambulance de l’hôpital de référence de Fana, distant de 75 km  Cette ambulance qui desservait aussi tous les secteurs environnant Fana vient justement de tomber en panne. Il a été nécessaire de commander une pièce à l’étranger pour la réparation, causant une immobilisation du véhicule pendant plusieurs semaines. C’est donc la nouvelle ambulance de Beleko qui a desservi toute la zone de Fana pendant cette période. Sans cette disponibilité, la capacité d’évacuation sanitaire dans cette région aurait été très compromise. Ceci illustre bien la précarité qui continue à prévaloir dans ce pays comme dans d’autres pour la santé et de la vie de beaucoup de personnes vulnérables, en particulier les femmes et les jeunes enfants.

                                                                                                Bernard Ollion 


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

N
Many people are far way too busy daily to bother about washing food or scrubbing up a commode. Some men and women only clean up on weekends. Others never clean in any respect except for the half-hearted hard work at buying every night and the like sacrifice snooze or family members time to make certain everything can be spic along with span. Nowadays, it is difficult to acquire the time for it to do all this. This is often a very standard occurrence, the other that makes a lot of people feel guilt ridden.
Répondre