Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 22:03

Dans le monde, les filles représentent 70% des 130 millions de jeunes qui ne vont pas à l'école, et elles sont confrontées à la pauvreté, à la discrimination, à de multiples formes de violence et d'exploitation.  

Au cours de nos missions au Burkina Faso, nous avons pu nous rendre compte du faible nombre d’enfants ayant accès à l’école : moins de 50% dans le monde rural – et parmi eux une majorité de garçons. L’enquête nationale, réalisée en 2006 sur la population (de 7 ans et plus) fait apparaître un de taux de 85% de femmes n’ayant jamais fréquenté l’école. Les autorités du Burkina se préoccupent de cette situation et conduisent des opérations de développement. Mais  les progrès de l’égalité des chances pour l’accès à l’enseignement primaire sont très lents : en  2001 on comptait quatre filles scolarisées pour six garçons ; en 2011, 9 filles pour 11 garçons. Et moins de 5% des filles du milieu rural accèdent au lycée. Cela va mieux dans les villes … où ne vit que 20% de la population.

Et si on se penche sur les résultats  aux examens, sur les redoublements ou les abandons en cours d’un cycle scolaire, la situation est pire ! Fodé M. SIDIBE, un des quatre consultants ayant eu la charge de mener, en 2009, l’étude « Éducation et culture » commanditée par le Centre international pour l’éducation des femmes et des filles en Afrique/UNESCO, l’explique : « le plus souvent dans nos pays, lorsque la fille revient de l’école, elle assiste sa mère pour accomplir les tâches ménagères. C’est ainsi que puiser l’eau, laver les plats, moudre le mil, préparer le repas constitueront le quotidien d’une jeune fille même scolarisée ».

Pogbi**-copie-1

L’association Pogbi

            Pogbi veut dire « petite femme » en langue moré. Cette association, créée en 1995, a pour objectif de « soutenir la scolarisation des filles de milieu rural du Burkina Faso et de créer pour elles un environnement de vie et d’études favorable ». Elle intervient principalement dans la commune de Dapélogo (dont Guiè fait partie). Son action a deux versants : d’une part un réseau de parrainages scolaires  (152 filleules parrainées actuellement : 87 à l’école primaire, 53 au collège, 5 au lycée, 3 dans l’enseignement technique et 1 à l’université), et d’autre part la gestion d’un foyer qui héberge à Dapélogo les collégiennes et leur offre les meilleures conditions d’étude. Un important travail de relations avec les enseignants et les familles est confié au responsable local de cette association et justifierait l’attribution d’un véhicule utilitaire.

(Cf. www.pogbi.org)

Le foyer

Le foyer compte 56 places, réparties dans 7 bâtiments. Chacun  dispose d'une salle de travail, d'un préau, d'un logement pour la surveillante et de sanitaires. Ont été mis en place une cantine collective et un éclairage solaire. Les travaux d'extension achevés à la rentrée 2010 ont ajouté au foyer, outre le 7e dortoir, deux grandes salles de formation/réunion, un bureau pour le responsable local de l'association, ainsi que 2 cases de passage pour accueillir les visiteurs. Ils ont permis la création d’une bibliothèque riche de 2000 ouvrages : des dons soigneusement triés, et plus de 500 ouvrages africains achetés par l’Association. Elle est ouverte à tous les scolaires de la commune.

Pogbi Au potage

L’aménagement en 2009, dans l’enceinte du foyer, d’un potager puis d’un poulailler, entretenus par les collégiennes, permet d’améliorer les repas de la cantine. Et la vente du surplus des produits récoltés constitue une source de revenus pour le foyer .

 

Partager cet article

Repost 0
Published by UNISAHEL - dans choses vues
commenter cet article

commentaires